Qui suis-je?

Thomas LEY sophrologueCe qui me définit

L’optimisme. La sophrologie m’a permis de passer d’optimiste qui s’ignore à optimiste qui s’épanouit. Cela ne veut pas dire que tous les problèmes du quotidien ont disparu, mais simplement que je sais maintenant comment trouver en moi les ressources nécessaires pour les gérer et garder confiance en mes capacités à affronter la vie.

Ce qui m'anime

Au plus profond de moi, ce qui m’anime, c’est le souhait de participer à rendre le monde meilleur. Exprimer cela, c’est banal et conformiste mais c’est aussi un défi immense, qui apporte une énorme satisfaction quand on a l’impression d’être sur le bon chemin. Pour cela, il y a deux approches complémentaires : aider à l’épanouissement des individus ou aider à la bonne marche des organisations, de la société. Avec la sophrologie, j’ai trouvé ma manière de participer à l’épanouissement de chacun.

Par où je suis passé 

Après des études juridiques et une expérience Erasmus, je me suis spécialisé dans la gestion de projets européens. J’ai exercé comme consultant dans différentes entreprises, en Espagne, puis à Bruxelles, avant de revenir dans la région en 2012, où j’aide les organisations à monter des projets avec d’autres organisations en Europe avec lesquelles la collaboration est pertinente, pour faire que 1+1=3.

Après avoir découvert la sophrologie en tant que client, j’ai décidé en 2014 de me former à ESOPHRO Nantes, en 2 ans et demi. Il faut dire qu’entre mes parents et mes frères et sœurs, nous nous sommes tous dirigés, à notre rythme, vers différentes techniques d’accompagnement vers l’épanouissement et le bien-être (sophrologie, EFT, réflexologie, etc…). Mon école m'a apporté une formation très sérieuse de plus de 500 heures présentielles complétées par un stage, et mon titre professionnel est enregistré au registre RNCP.

En 2017, j’ouvre mon cabinet de sophrologie près du pont de la Tortière, où je reçois pour des séances individuelles. Dès septembre 2017, je propose des séances hebdomadaires de groupe, sur la gestion du stress, à l'Espace Floréal. Entre mes deux activités, de sophrologue et de projets européens, que je mène toutes les deux à mon compte, j’ai trouvé mon équilibre en agissant sur les deux leviers qui répondent à ce qui m’anime : rendre ce monde meilleur.

Ce que j'aime

L’Irlande et l’Espagne, la randonnée et la peinture abstraite, une bière fraîche quand il fait chaud et une bouillotte sous un plaid quand il fait froid, les émotions que me procurent la 9ème symphonie de Beethoven ou les rythmes africains, le badminton et le yoga du rire, les débats d’idées et les films historiques, le plaisir de voir les bénéfices de mes clients quand leur quotidien change grâce à la sophrologie, la fête et les moments de solitude.

Comment je vois mon métier de sophrologue

Je souhaite mettre la sophrologie au service du maximum de personnes qui en ont besoin, et de la manière la plus personnalisée possible, pour qu'elles puissent intégrer à leur quotidien, et dans la durée, les outils et techniques qui leur font vraiment du bien.
La sophrologie, telle que je l'ai apprise, est ma base de travail. Pour la compléter et optimiser son efficacité, je m'intéresse à d'autres techniques thérapeutiques et méthodes de développement personnel, à travers mes lectures, les conférences ou journées de formations auxquelles j'assiste, et je me laisse la liberté d'intégrer ou d'adapter ces méthodes à mes séances de sophrologie (par ex. : la psychologie positive, le yoga du rire, la CNV (communication non violente), l'EFT, etc...).

Capture

Par ailleurs, je garde de mon autre métier la conviction que la coopération est essentielle pour apporter de la valeur ajoutée à mon travail. C'est pour cette raison que je m'efforce de tisser des liens avec d'autres professionnels de l'accompagnement thérapeutique ou du développement personnel, pour créer des partenariats, pour enrichir ma pratique et pour in fine apporter plus de satisfaction à mes clients. C'est aussi pour cette raison que j'ai choisi de m'installer au 108 boulevard des Belges dans un cabinet partagé avec une amie podologue, et où d'autres professionnels ont leur cabinet (médecins, kinésithérapeutes, ostéopathes, infirmiers).

Les thématiques sur lesquelles j'ai le plus envie de travailler 

De par mon histoire et mes affinités, j'ai particulièrement à cœur de mettre la sophrologie à disposition de 3 publics spécifiques :

  • Les salariés en entreprises, soit à titre préventif (notamment par des séances dispensées au sein des entreprises), soit en individuel pour ceux confrontés à des problématiques de stress ou de mal-être au travail qui se répercutent peut-être même sur la vie privée.
  • Les personnes en conflit avec leur image de soi et leur corps en lien avec des problématiques alimentaires. (voir mon article "La sophrologie plus efficace que les régimes?")
  • Les personnes LGBT+ (lesbiennes, gays, bis, trans) qui éprouvent des difficultés à s'épanouir pleinement